Main menu
bioagresseur.frNon classéQuand les chenilles processionnaires passent à l’attaque !

Quand les chenilles processionnaires passent à l’attaque !

#processionnaire3
Les dangers des chenilles processionnaires

 

De retour pour un nouvel article, le blog Bioagresseur traite cette semaine les risques liés aux chenilles processionnaires du pin. Loin d’y paraître, ces petits nuisibles présentent certains dangers pour notre environnement, nos animaux de compagnie et même pour l’humain. Les poiles allergisants et urticants des chenilles en sont les causes principales. Mais le type d’alimentation des chenilles peut également intervenir dans la dégradation des arbres. Les risques engendrés par ces nuisibles correspondent aux différentes étapes de leur cycle de vie. Les dangers sont donc différents selon les périodes du cycle.

Les animaux domestiques comme les chiens et les chats sont les plus exposés aux risques des chenilles processionnaires. C’est bien connu, ils jouent dans le jardin avec 9775f8d80aa06a819e8792b343229956tout ce qu’ils trouvent au sol. Le danger pointe le bout de son nez  à partir du mois de Mars en moyenne. Comme expliqué dans l’article précédent (#processionnaire2), les chenilles processionnaires se retrouvent dans l’étape de procession, c’est-à-dire qu’elles redescendent de l’arbre pour s’enfouir sous la terre. C’est donc pour cette raison, que les chiens les retrouvent au sol et les mangent ce qui va créer des nécroses sur leur langue. En cas d’accident, contactez le plus rapidement possible votre vétérinaire.

Quant est-il des humains ?  Fort heureusement les chenilles ne nous atteignent que dans une moindre mesure par rapport à nos amis les chiens. Les poiles allergisants et urticants sont tout de même très gênants lorsqu’ils sont au contacte de la peau et provoquent des démangeaisons. Ces poiles au contacte des yeux entrainent irritations. Concernant les personnes sensibles et allergiques, il est essentiel de consulter un médecin en cas d’exposition.

th (1)

Les chenilles processionnaires donnent également lieu à l’appauvrissement des arbres : elles se nourrissent des aiguilles pendant la nidification (#processionnaire2). A partir du mois de Novembre, les chenilles processionnaires tissent leur nid de soie au sommet des arbres et en profitent pour s’alimenter de la sève que peut offrir l’arbre. Vous pourrez alors constater l’apparition d’aiguilles jaunes ; signe que l’arbre perd toutes ses ressources pouvant aller jusqu’à la mort de celui-ci.

 

Et même vide, les nids ne doivent pas être manipulés. Là encore l’exposition aux risques est importante dans la mesure où celle-ci peut engendrer des allergies et des troubles oculaires.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour explorer ensemble les différentes techniques de traitements.
Devenez expert en la matière en suivant notre blog Bioagresseur chaque semaine pour un nouvel article sur les chenilles processionnaires.
Ne manquez aucune actualité sur notre page Facebook !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *