Main menu

Quand les chenilles processionnaires passent à l’attaque !

#processionnaire1
Présentation des chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires, désignent des larves de papillons de nuits appelés Thaumetopoea pityocampa. Sujet d’actualité ; le Bioagresseur va s’attaquer durant tout un mois à ces insectes.

 

Deux catégories de chenilles processionnaires existent ; celle du pin et du chêne. Le territoire français est plus touché par le premier type de processionnaire, surtout à cette époque de l’année. Les régions du Sud et de l’Ouest de la France sont particulièrement infestées.

Les chenilles processionnaires du pin sont des larves dont la taille varie de seulement quelques millimètres à 40 mm. Elles sont facilement remarquables grâce à leurs tâches brunes et jaunes. Le corps est recouvert de poils blancs qui s’avèrent dangereux pour l’être humain ainsi que pour les animaux (thématique qui sera développée dans les semaines à venir).

Les chenilles processionnaires du chêne, moins présente en France, se distinguent par une bande noire sur le corps et des poils plus soyeux.

L’expression « processionnaire » désigne le mode de déplacement adopté par les chenilles qui se déplacent en file indienne. C’est généralement les femelles qui sont à la tête du cortège. Ce type de nuisible vit en colonie composée de plusieurs centaines de chenilles, leur procession peut aller jusqu’à 40m de longueur.

Depuis quelques années les chenilles processionnaires sont de plus en plus présentes au Nord du pays. Cette migration s’explique par le dérèglement climatique auquel notre environnement doit faire face. Le transport du bois serait également à l’origine de ce phénomène.
Les chenilles processionnaires du Nord ont tendance à se propager moins rapidement que dans le sud.

L’alimentation des chenilles du pin reste assez limitée dans le sens où les processionnaires se nourrissent exclusivement des aiguilles de conifères. Les chenilles affectionnent particulièrement le pin mais peuvent également se rabattre sur le sapin, le cèdre ou encore le marronnier pour y pondre leurs œufs. Les chenilles du chêne préfèrent les feuilles des arbres. Elles profitent de la nuit pour s’alimenter et se déplacer en procession. Elles ne rencontrent aucun problème pour se déplacer dans l’arbre si la zone occupée a épuisé toutes ses ressources.

Elles orientent leurs nids côté Sud de manière à profiter du soleil et de la chaleur. Ceci leur assure une température nettement plus agréable que la température extérieure du nid. Vous repérerez sans peine le cocon des processionnaires qui se nichent dans un nid de soie blanc très solide pour se protéger des prédateurs.

 

Devenez expert en la matière en suivant notre blog Bioagresseur chaque semaine pour un nouvel article sur les chenilles processionnaires.
Ne manquez aucune actualité sur notre page Facebook !

Les rongeurs n’auront plus de secrets pour vous !

#rongeurtom4
Conclusions

C’est ainsi que nous terminons notre grande saga des rongeurs pour laquelle nous avons dédié 4 articles.
Revenons sur les thématiques marquantes que nous avons abordées tout au long de ce mois de décembre.

 

Comme le précisait le premier volet (#rongeurtom1), la famille des rongeurs est très large. Les rongeurs sont très différents : leur taille et leur poids varient fortement comme c’est le cas pour la souris et le ragondin. Malgré ces spécificités morphologiques, les rongeurs se ressemblent sur de nombreux points surtout concernant leur comportement. Bien connaitre les rongeurs est important pour rendre un traitement efficace.

Le deuxième tom (#rongeurtom2) nous a permis d’expliquer un mode de fonctionnement bien à eux : les lieux où se cachent les rongeurs et comment les détecter. Encore une fois cette phase d’observation vous permettra de cibler vos traitements, sans perdre d’argent ni du temps pour des interventions inadaptées à votre problème.

L’article précédent (#rongeurtom3) montre à quel point une infestation de rongeurs peut impacter votre activité ou tout simplement votre vie quotidienne. Les retombées négatives sont multiples passant de dégâts matériels aux maladies graves. Les rongeurs sont des nuisibles qui nécessitent une bonne connaissance avant toute intervention et cette saga vous donne des clés supplémentaires pour les éradiquer. En effet, les rongeurs n’auront plus de secrets pour vous !

De nombreux sociétés existent pour vous proposer des traitements préventifs et curatifs qui seront adaptés à vos besoins, que vous soyez professionnel ou particulier.

 

Nous avions à cœur de transmettre notre savoir faire et ce fût un plaisir de le partager avec vous. Pour découvrir et redécouvrir l’ensemble de nos articles, rendez-vous très vite sur le blog Bioagresseur. Découvrez toutes nos actualités sur notre page Facebook !

Toute l’équipe du blog vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année !

Les rongeurs n’auront plus de secrets pour vous!

#rongeurtom3
Nuisances-solutions

Aujourd’hui découvrons ensemble les solutions que le blog Bioagresseur propose pour vous débarrasser de ces rongeurs trop envahissants : zoom sur le troisième volet de la saga des rongeurs…

 

Quelles nuisances ?

Dégâts matériels

La première dégradation liée aux rongeurs est matérielle : la nécessité d’aiguiser leurs incisives passe généralement pas la détérioration des câbles (acier doux et cuivre). Ceci peut entraîner une perte d’informations et des risques d’incendies.
Conclusion, vous vous mettez en danger vous et votre entourage.
Vous perdez de l’argent en réparant les dégradations occasionnées et vous perdez du temps avec des retards  dans votre activité si vous possédez une entreprise impliquant une perte de productivité.
Tout ceci nous amène à penser que les traitements préventifs sont tout aussi importants que les traitements curatifs voire même plus : « mieux vaut prévenir que guérir ».

 

Dégâts pour la santé

Les rongeurs n’en restent pas là ! Ils favorisent la contamination et la propagation de nombreuses maladies également.
La Salmonellose est transmise par les aliments contaminés et les excréments, causant des infestions intestinales.
La Trichinoise se caractérise par une infection musculaire propagée par un ver ce qui provoque des éruptions cutanées, de légères hémorragies sous les ongles et une grande fatigue.
La maladie de Leptospirose entraîne fièvre, éruptions cutanées, articulations douloureuses et se transmet par l’urine des rongeurs.
Le Typhus murin est propagé par les poux de corps et provoque maux de tête, fièvre, nausées et éruptions sur le corps.
Les rongeurs peuvent également être vecteurs de maladies plus graves comme la maladie de Weil  qui est transmise par l’urine des rats.
Les zones à risques se situent près d’eaux contaminées ce qui explique que les Hommes peuvent être touchés mais aussi les animaux domestiques via l’alimentation. Cette maladie se diagnostique par des symptômes grippaux et de forts maux de tête.
Le Hantavirus est une autre maladie potentiellement mortelle si elle est mal soignée. Les symptômes sont repérés par des maux de tête, de la fièvre, de la toux ainsi que des douleurs musculaires et pulmonaires. Le Hantavirus est causé par contact avec l’urine, la salive ou bien les excréments des rongeurs.
La maladie de Lyme engendre des maux de tête, fièvre, nausée, douleurs musculaires, et même paralysie et se propage par des morsures de tiques.

 

Dégâts sur la réputation

A cela s’ajoute une problématique non négligeable; celle de votre réputation. En effet, l’image de votre entreprise peut être compromise si vos clients apprennent la présence de rongeurs sur votre site. Ce phénomène peut être amplifié puisque de nombreuses personnes ont la phobie des rongeurs.

 

Quelles solutions de traitements ?

Réglementations

Il est essentiel de savoir que la réglementation devient de plus en plus lourde vis-à-vis de la dératisation; d’où l’importance des contrats préventifs gérés par des sociétés spécialisées. Ceci s’applique aux entreprises qui fabriquent, stockent, transportent et vendent des aliments et cela concerne également les sociétés de construction. Ces réglementations sont prévues pour protéger les employés et les consommateurs ainsi que les animaux domestiques. Les lois qui ne seraient pas respectées engendrent des amendes. Même si elles ne s’appliquent pas aux particuliers, il est important de favoriser des traitements préventifs afin d’éviter les risques causés par les rongeurs.

 

Méthodes de dératisation

Les sociétés spécialisées interviennent à trois niveaux : l’éloignement afin d’éviter la pénétration des rongeurs dans les bâtiments, la restriction pour limiter la reproduction et enfin la destruction qui met en place des traitements adaptés.
Pour ce faire, de nombreux outils existent. Il est possible d’utiliser des appâts en blocs ou grains et des appâts en pâtes dans des postes sécurisés. Pour les entreprises, la réglementation stipule que ce type de traitement doit être utilisé avec des pièges.
Enfin il n’est pas impossible de tester ces différente méthodes avant de trouver celle qui sera la plus efficace auprès des rongeurs.

Après cet article, vous en saurez encore un peu plus sur les rongeurs. Heureux d’avoir partagé avec vous les solutions pour exterminer ces nuisibles: dégradations matérielles avec risques d’accidents, hygiène, image… Le blog vous invite à découvrir la semaine prochaine le dernier volet de la saga des rongeurs.

 

Pour ne rater aucun épisode, pensez à rendre visite au Bioagresseur une fois par semaine, dès la parution de l’article !
Découvrez toutes nos actualités sur notre page Facebook

Les rongeurs n’auront plus de secrets pour vous!

#rongeurtom2
Comportement-mode de fonctionnement

Pour le deuxième épisode de la saga des rongeurs, le Blog Bioagresseur s’intéresse au comportement des rongeurs et à leur mode de fonctionnement.

 

Comment les détecter ?

Bonne nouvelle, les rongeurs peuvent être repérés très rapidement!
Vous pouvez les entendre gratter au-dessus de vos têtes.
Vous pouvez également les détecter grâce aux excréments qu’ils laissent. Les rats en rejettent jusqu’à 40 par jour et les souris 80. Ce comportement est essentiel pour vous puisqu’il vous permettra de définir le type de rongeurs ainsi que l’ampleur de l’infestation.
Vous pouvez remarquer des empreintes et des traces laissées par leur corps et leur queue, s’ils se manifestent dans un lieu poussiéreux.
Une infestation est le plus souvent diagnostiquée à cause des dégâts engendrés. L’activité principale de ces mammifères est de limer leurs incisives en rongeant tout ce qu’ils croisent, ce qui occasionne la gêne la plus importante et dangereuse pour l’Homme (RDV #rongeurtom3).
D’autres critères, moins connus, interviennent également dans la détection des rongeurs. Par exemple, les rats et les souris dégagent une substance graisseuse qu’ils laissent au sol.
A cela s’ajoute une odeur particulière qui caractérise spécifiquement les rongeurs.
Toutes les clés pour repérer l’infestation des rongeurs sont désormais entre vos mains.

 

Comment entrent-ils ?

Les rongeurs se faufilent partout, dans le moindre interstice.
Le dessous des portes n’est pas une option exclue par les souris. Ces dernières passent à travers les murs par des trous allant jusqu’à 6 mm de diamètre.
Les souris sont des exploratrices dans l’âme, ce qui les pousse à découvrir toujours plus d’espaces.
#rongeurtom1, les rongeurs sont d’excellents grimpeurs. Câbles, rampes, canalisations, crépis, tout est prétexte à escalader, de vos toits à vos intérieurs!
Les canalisations et les évacuations ne les arrêtent pas non plus. Là encore les rats s’adaptent à cet environnement car ils sont de très bons nageurs.
Pour le cas d’infestations dans des immeubles, restez vigilants, les ascenseurs, les vides ordures… sont aussi utilisés par les rongeurs.

 

Où se cachent-ils ?

Les espaces qui intéressent les rongeurs restent souvent les mêmes. Ils se donnent beaucoup de mal pour trouver de la chaleur, de la nourriture et de quoi aiguiser leurs incisives.
Les lieux de stockage et de rangements sont très prisés des rats et des souris notamment à proximité des palettes comme les débarras qui stockent les débris de matériaux.
Enfin, les rongeurs peuvent se cacher dans les lieux de stockage alimentaire pour grignoter la nourriture non protégée qui se trouve à même le sol.

 

Pour ne rater aucun épisode, pensez à rendre visite au BioAgresseur une fois par semaine, dès la parution de l’article !
Découvrez toutes nos actualités sur notre page Facebook !

Les rongeurs n’auront plus de secrets pour vous!

#rongeurtom1
Généralités

La température augmente, l’actualité #cop21 nous le confirme. Malgré tout, l’hiver est bien là !
Vous l’aurez remarqué, le froid s’installe peu à peu partout en France. Pour cette raison, le blog BioAgresseur a choisi de dédier tout le mois de décembre aux nuisibles, les rongeurs qui sont de saison.

Voici le premier volet de la saga des rongeurs :

 

Cette catégorie de nuisibles recouvre une large partie de mammifères, tous différents autant qu’ils sont. Comme son nom l’indique, le rongeur a besoin d’aiguiser ses dents qui ne cessent de pousser. En règle général, les rongeurs sont naturellement sauvages et intègrent dans leur catégorie les rats, les souris, ou encore les campagnols.

 

La famille des rongeurs est très vaste. Chaque mammifère est composé de sous-familles. Les rats illustrent parfaitement ceci.

Il existe les rats brun, les rats noir, ou encore les rats musqué, les rats d’eau ou les rats taupiers.  Chaque espèce est différente de part son aspect physique, son alimentation, sa taille et son poids.

La catégorie des rats est très contrastée de part la morphologie de ces rongeurs allant de 20 centimètres (70g) pour les rats taupiers à 65 centimètres (2 kilogrammes) pour les rats musqués.

Les différents rongeurs possèdent toutefois des caractéristiques communes.

Leur bonne vision de nuit leur permet de s’adapter rapidement au milieu extérieur. Les rongeurs y sont très agiles puisqu’ils se caractérisent par une fonction bien à eux. Leurs déplacements sont orientés par leurs moustaches en longeant les murs pour se repérer.

Vous l’aurez remarqué, ces nuisibles sont de très bons grimpeurs, ce qui explique qu’on les retrouve bien souvent dans les zones supérieures de nos établissements. En effet, ils n’ont pas peur du vide, leur queue fonctionne comme un balancier qui leur évite de perdre l’équilibre.

L’odorat des rongeurs est un outil formidable à leur disposition afin de repérer la nourriture et les prédateurs.

Enfin pour ce qui paraît le plus évident, l’entretien naturel de leurs incisives passe par l’usure et l’aiguisement sans quoi ils en mourraient.

 

Pour ne rater aucun épisode, pensez à rendre visite au BioAgresseur une fois par semaine, dès la parution de l’article !
Découvrez toutes nos actualités sur notre page Facebook !

Place à la propreté

Pour le BioAggresseur, l’heure est à la propreté. La grande distribution nous propose de nombreux produits dont l’efficacité n’est pas toujours au rendez-vous. Certains magasins spécialisés commercialisent des produits de très bonne qualité. Leur effet vise à contrôler les odeurs mais également les bactéries, de cette manière ils ne font pas que les masquer.

#hygiène

Il est toujours plus pratique de favoriser des produits polyvalents avec une fonction multi-usage. Voici des produits qui protègent tout type de canalisations. Il est intéressant d’opter pour des produits qui cumulent une fonction préventive mais également curative. De cette manière, le produit est à même de contrôler les remontées d’odeurs. Conscient des enjeux écologiques auxquels notre société est confrontée, les fabricants favorisent des produits naturels et respectueux de notre environnement.

 

Les produits aérosol qui s’utilisent par pulvérisation ne sont que des traitements ponctuels. Alors que les produits auto-vidant permettent un effet complet en une seule utilisation. Ces traitements fonctionnent de la même manière que les pulvérisateurs ordinaires; ils détruisent les bactéries et purifient l’air. Les magasins commercialisent des gammes de parfums de plus en plus larges. Mais l’essentiel est de se concentrer sur les effets mêmes de ces produits.

 

Petite parenthèse concernant le traitement des puces: en effet, elles peuvent se retrouver dans vos intérieurs et leur prolifération est impressionnante. C’est pour cette raison, qu’il est important d’intervenir le plus rapidement possible afin de stopper la reproduction de ces nuisibles. Optez pour des produits rapides dont l’effet dure dans le temps.

Viveonis Boutique vous propose des offres tarifaires pour ces produits d’hygiène. Soucieux de la satisfaction de ses clients, Viveonis organise des opérations promotionnelles dont vous pouvez profiter comme c’est le cas pour le Cyber Monday.

Les nuisibles d’extérieur

Je vous avez prévenu, le BioAgresseur est très en forme cette semaine et vous propose un nouvel article dédié à ces nuisibles qui nous viennent de l’extérieur. Effectivement, en cette période hivernale, les rongeurs cherchent à se réchauffer dans nos maisons, alors que les oiseaux représentent une nuisance toute l’année quelque soit la température.

#rongeurs

Il est certain que l’hiver favorise très nettement la venue des rongeurs au sein de nos locaux. Même si leur environnement naturel reste le milieu extérieur, les rongeurs ont besoins de se rassasier et de se réchauffer dans nos greniers et nos sous-sols par exemple. De nombreuses méthodes existent pour les vaincre, notamment en cas de doute sur la nature du rongeur. Dans ce cas, il est possible de trouver facilement des produits qui combine l’action sur les rats et les souris. Afin d’optimiser l’efficacité de ces produits, il est essentiel d’observer le trajet des rongeurs pour s’introduire dans les locaux. Suite à cela, vous pourrez déposer le produit dans les pièges qui seront placés aux abords des portes et le long des murs.

#oiseaux

Il n’est pas rare de constater que les oiseaux tournent autour de nos jardins, de nos potagers. Mais pas seulement, ces nuisibles peuvent également se trouver à proximité des locaux de stockage ou bien des greniers. Il est évident que ces zones ne sont pas toujours accessibles, c’est pour cette raison qu’il sera plus confortable d’utiliser des produits simple d’utilisation comme c’est le cas pour le produit Bird X. Ce dernier se caractérise par une fonctionnalité d’ultrason pour chasser les oiseaux. Au delà de ça, le Bird X Deer Guard cible une diversité des espèces; il permet de chasser également les chiens, les chiens, les lapins…

 

 

Viveonis vous propose des offres tarifaires pour ces nuisibles d’extérieur. Soucieux de la satisfaction de ses clients, Viveonis organise des opérations promotionnelles comme c’est le cas pour le Cyber Monday.

Cap sur les répulsifs

Ce petit article quotidien vous présente en quelques mots seulement la famille des répulsifs. En effet, cette catégorie concerne un large public mais aujourd’hui le BioAgresseur s’attarde sur les chiens, les chats ainsi que les serpents. Grand nombre d’entre vous pourront se reconnaître puisque la gêne associée à ces animaux peut concerner les particuliers qui tentent de conserver leur jardin et leur potager en passant par les commerçants usés de courir après le chien du quartier qui vole les marchandises alimentaire.

 

#chienschats

Les répulsifs pour chiens et chats se destinent à des particuliers qui ont besoin de simplicité dans l’utilisation du produit. Le prêt à l’emploi sera votre meilleure allié pour ce type de traitement en favorisant les produits gâchette comme les marques Vulcano et Digrain proposent. Dans le cas des chiens et des chats, le but étant évidemment de les éloigner de certains lieux, le choix du produit est essentiel. Dans ce sens, privilégiez les répulsifs qui éloignent les animaux par une odeur qu’ils apprécient guère sans pour autant les agresser, surtout si vous avez affaire au chat du voisin…

 

#serpents

A l’inverse, les répulsifs visant à éloigner les couleuvres ou encore les vipères peuvent être plus puissants. Pour autant, les répulsifs actuels ne tuent pas le serpent, ils créent seulement une barrière qui dissuade le nuisible. Là encore, il sera plus simple pour votre utilisation, d’opter pour des produits prêt à l’emploi pour lesquels il suffit de presser la gâchette.

 

Viveonis vous propose des offres tarifaires pour ces nuisibles qui ne préviennent pas. Comme c’est souvent le cas, ce type de nuisance apparaît toute l’année quelque soit la saison. Soucieux de la satisfaction de ses clients, Viveonis organise des opérations promotionnelles comme c’est le cas pour le Cyber Monday.

Le traitement des nuisibles

Après quelques mois d’absence, le BioAgresseur revient, déterminé plus que jamais à vous apporter les solutions adaptées aux traitements de vos nuisibles.

Aujourd’hui, cet article vous propose une petite mise au point sur les acariens, les blattes et les cafards puisque même si cela paraît étonnant, c’est deux types de nuisibles peuvent se ressembler de part leurs caractéristiques. Alors allons-y pour un petit zoom sur ces nuisibles qui raffolent de nos intérieurs.

 

#blattescafards

Comme vous le savez, la détection de blattes et de cafards dans vos locaux peut rapidement devenir une invasion. Ces insectes sont généralement retrouvés dans les cuisines puisqu’ils affectionnent tout particulièrement les denrées alimentaires. Au delà de cette ressource, les blattes et les cafards apprécient l’humidité, la nuit et la chaleur, c’est pour cette raison qu’il est fréquent de les retrouver derrière les frigos, à proximité des sources d’électricité et dans les placards. Ces nuisibles doivent être repérés et traités le plus vite possible à l’aide de gels que propose les marques Digrain et Vulcano qui vous faciliteront l’intervention.

 

#acariens

Il n’est pas toujours évident de les repérer, souvent invisible à l’œil nu, les acariens sont pourtant omniprésent dans nos locaux. En effet, les acariens se trouvent dans les literies, les moquettes, les rideaux, la poussière… Tout comme les blattes et les cafards, ils affectionnent la chaleur et l’humidité et se nourrissent entre autre de moisissures. Ne l’oublions pas, les acariens expliquent 50% des cas d’allergie. C’est pourquoi, leur traitement n’est plus que jamais d’actualité. Désormais de nombreux produits anti-acariens existent sans que leur utilisation ne soit complexe.

 

Viveonis Boutique vous propose des offres tarifaires pour ces nuisibles qui font leur apparition à n’importe quel moment de l’année. Soucieux de la satisfaction de ses clients, Viveonis organise des opérations promotionnelles comme c’est le cas pour le Cyber Monday.

Le moustique et les maladies vectorielles

Les maladies vectorielles

Une maladie vectorielle est transmise par un vecteur, souvent un arthropode se nourrissant de sang, tel le moustique. En piquant une personne ou un animal infecté, il ingère les parasites, virus ou bactéries contenus dans le sang. Après un délai d’incubation de quelques jours, l’insecte contaminé peut transmettre l’agent pathogène à une personne saine à l’occasion d’une autre piqûre.

Dans un contexte de changement climatique et de mondialisation des échanges, les maladies vectorielles ont tendance à apparaître dans des secteurs géographiques épargnés jusqu’alors, ou, comme le paludisme, à réapparaître dans des secteurs où elles avaient disparu. Chaque année, des voyageurs infectés revenant de pays où sévissent ces maladies (Océan Indien, Antilles, Guyane et Asie du Sud-est en particulier), « introduisent » ces virus en métropole.

En 2014, en France métropolitaine, 489 cas de chikungunya et 201 cas de dengue ont été déclarés. La plupart étaient importés mais quatre cas autochtones de dengue ont été détectés en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et un foyer autochtone de chikungunya (11 cas confirmés) dans l’agglomération de Montpellier.

Les principales maladies vectorielles transmises par les moustiques :

Le moustique, vecteur de maladies

Le moustique Aedes albopictus (communément appelé « moustique tigre ») peut véhiculer des virus comme ceux du chikungunya, de la dengue et du zika. Il est notamment présent dans les départements français de l’Océan indien où il a provoqué une très importante épidémie de chikungunya en 2006. Sa première installation en métropole a été constatée en 2004 à Menton.

En septembre 2015, il était présent dans 22 départements de métropole. Dans les départements d’Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane), le vecteur à l’origine des principales épidémies de dengue, de fièvre jaune et depuis 2014 de chikungunya, est le moustique Aedes aegypti.

Certaines espèces de moustiques autochtones peuvent également être vectrices du virus West Nile (plusieurs cas d’infections humaine et équine ont été signalés en Camargue et dans le Var en 2003-2004), ou de parasites responsables du paludisme.

L’Anophèle était le vecteur du paludisme en France Métropolitaine et en Corse. A ce jour il n’y a plus de transmission locale du paludisme en France, excepté à Mayotte et en Guyane.

en savoir plus :

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Bilan_surv_albopictus_2014.pdf

Article source sante.gouv.fr moustiques-vecteurs-de-maladies